Pour varier les goûts et les textures, le fait maison a tout bon

Cuisiner maison permet d’utiliser des produits de sa culture culinaire, d’apporter une grande variété de goûts et de textures, et de savoir ce qu’on met dans ce qu’on prépare !

Plus de goûts, plus de textures, plus de miam !

Quand vous faites vos courses, allez plutôt vers les aliments de saison (souvent moins chers) et si possible les produits locaux. Pour les fruits et légumes, pour les féculents complets et semi-complets (riz, pâtes, semoule complets, pain complet ou aux céréales…) et les légumes secs (lentilles, haricots, pois chiches…), privilégiez si possible le bio.

Lavez et épluchez les fruits et légumes frais soigneusement.

Les aliments surgelés sont pratiques, mais prenez alors des produits nature, non cuisinés : purées de légumes, légumes et fruits épluchés et en morceaux, filets de poisson nature…

Évitez les produits ultra-transformés (chips, nuggets, pizzas, sodas…) qui sont souvent gras, sucrés ou salés, et qui contiennent des additifs (colorants, conservateurs…) dont on ne connaît pas encore précisément l’impact sur la santé humaine.

Pensez à assaisonnez avec des aromates et des herbes pour leur donner du goût et éveiller l’appétit.

Les petits pots et les plats préparés du commerce pour les moins de 3 ans sont pratiques quand on n’a pas le temps de cuisiner, hors domicile, en voyage... mais ils offrent moins de variété que le fait maison en termes de goûts et de textures. Les préparations spécifiquement destinées aux enfants de moins de 3 ans limitent la présence de pesticides ou d’additifs. Il ne faut pas réchauffer les plats préparés dans leur barquette plastique, mais les transvaser dans une casserole ou une assiette.

Bon à savoir : jusqu’à 3 ans, ne salez pas le fait maison ou les petits pots. Vous pouvez sucrer les yaourts ou fromages blancs avec des fruits écrasés.

Contrairement aux idées reçues, il faut donner des matières grasses !

Les enfants de moins de 3 ans ont des besoins importants en (matières grasses) pour assurer leur bon développement. Ces lipides sont en grande partie apportés par le lait maternel ou infantile, mais doivent aussi être apportés par l’alimentation dès le début de la diversification.

Ajoutez-les crues à vos préparations ou dans les petits pots si ceux-ci n’en contiennent pas : plutôt de l’huile, en variant huile de colza, de noix et d’olive ou, de temps en temps un peu de beurre dans vos préparations.

La seule boisson indispensable, c’est l’eau

Sachez que l’eau du robinet convient tout à fait aux jeunes enfants (sauf exception signalée par la mairie). Si vous utilisez de l’eau en bouteille, vérifiez sur l’étiquette qu’elle convient aux nourrissons. N’hésitez pas à proposer l’eau à la tasse ou au verre dès 6 mois.

Les jus de fruits, pressés ou du commerce (même sans sucre ajouté), sont très sucrés et ne sont pas recommandés.

Les bons gestes d’hygiène

Avant de cuisiner, lavez-vous bien les mains. Lavez et épluchez les fruits et légumes frais soigneusement.

Pour l’hygiène en cuisine, pensez à nettoyer et entretenir régulièrement les surfaces de travail, le matériel de cuisine et les ustensiles, ainsi que le frigo à chaque fois que des aliments ont souillé des surfaces. La zone la plus froide du réfrigérateur doit être à une température de 4°C maximum (prévoir un thermomètre de frigo).