Létitia nous parle du sucré-salé

Après avoir volé de branche en branche et picoré par-ci par-là, Létitia, bloggueuse culinaire, a fini par se faire un nid sur une branche de piment oiseau. "Piment Oiseau", c’est le nom qu’elle a donné à son blog, bourré de recettes gourmandes. Aujourd’hui elle nous parle du sucré-salé et nous fait découvrir deux de ses recettes : le poulet laqué au miel et aux épices et la salade de panais rôtis au miel.

1. Létitia, vous aimez cuisiner des plats exotiques du monde entier et mélanger les saveurs. Quel est l’intérêt des épices dans la cuisine, selon vous ?

La présence des épices me permet de voyager tout en restant dans ma cuisine. J’ai été élevée au piment, à la noix de muscade, au gingembre et au curry, il est donc impossible pour moi de ne me contenter que de sel et de poivre. J’aime quand une assiette est colorée et épicée, qu’elle provoque une émotion dès la première bouchée. Il est aussi important de bien savoir les doser, car une épice peut vite l’emporter sur le reste et gâcher un plat.

2. Le sucré-salé revient souvent dans les recettes exotiques. En quoi cela vous inspire-t-il ?

Je cuisine souvent des plats sucré-salés sans m’en rendre compte. Il s’agit pour moi d’atteindre un certain équilibre des saveurs. Je ne suis pas familière des plats trop salés ou trop acides, comme ceux à base d’oseille par exemple. Même si j’utilise souvent des épices, cela ne veut pas dire que ma cuisine sera enflammée. Au contraire, l’harmonie est essentielle pour que les papilles en redemandent.

3. Jusqu’à quel point peut-on marier les saveurs et faire des essais soi-même ? Quelle est la clé pour réussir un plat salé-sucré ? Y a t-il des règles à respecter ?

Je ne pense pas qu’il y ait des règles à respecter à tout prix. Pour moi la cuisine est un terrain de jeu infini, où l’on peut jongler avec des ingrédients et des saveurs jusqu’à trouver la combinaison parfaite. Bien sûr, il est essentiel d’identifier certaines saveurs de base : difficile pour un musicien de composer une mélodie sans connaître le solfège, n’est-ce pas ? Néanmoins, cela ne m’empêche pas d’explorer des accords un peu insolites, comme la fois où j’avais réalisé un croque au chèvre avec de la confiture de concombre. La vie est trop courte pour s’ennuyer avec des pâtes au beurre !

Découvrez son blog et deux de ses recettes :

Envoyer l'article à un ami

* champs obligatoires