Pour manger du bon poisson sans trop dépenser, pensez au hareng !

Vous aimez le poisson* mais vous ne savez pas toujours lequel acheter, comment le préparer et surtout le prix vous en dissuade souvent ? Pensez au hareng ! Outre son rapport qualité-prix imbattable (moins de 10 € le kilo), il a de nombreux atouts nutritionnels.

Un peu d’histoire

Savez-vous que le hareng pêché dans l’Atlantique Nord, le Pacifique Nord et les mers froides du nord de l’Europe fut, durant des siècles, le poisson le plus consommé en Europe ? Après l’an mil, déjà, les Vikings en consommaient afin d’emmagasiner les protéines nécessaires pour la conquête des mers. Et au Moyen-âge, il s’imposa comme l’une des principales sources de protéines de l’alimentation quotidienne.

Des protéines mais aussi…

Des acides gras insaturés.
En tant que poisson gras, les lipides du hareng comptent une majorité d’acides gras insaturés, et notamment d’oméga 3, qui participent notamment au bon fonctionnement du système cardiovasculaire.

Des vitamines, des minéraux et des oligo-éléments.
Le hareng constitue une excellente source de vitamines du groupe B, notamment B12 et B3 (ou PP), ainsi que de vitamine D. Une portion de 100 g couvre la totalité de l’apport nutritionnel conseillé par jour pour un adulte en vitamine B12, environ 25 % de l’apport journalier conseillé en vitamine B3 ou PP, et la totalité de l’apport recommandé en vitamine D.
Par ailleurs, la chair du hareng présente d’importantes concentrations en minéraux et une concentration élevée en phosphore, fer, sélénium et oligo-élément.

Attention au sodium

Un point important à souligner : 100 g de hareng fumé ou mariné apporte environ 900 mg de sodium, soit près de 40 % de l’apport maximal que nous devrions consommer dans une journée. Cependant, sachez qu’aujourd’hui le hareng fumé proposé est beaucoup moins salé et plus doux.

Trois façons de préparer le hareng :

Hareng frais grillé : à la lyonnaise, à la flamande, à la picarde… tous ces modes de préparation permettent de cuire simplement le poisson au four ou à la poêle sans ajouter trop de matières grasses mais avec des aromates variées.

Idées de recettes

  • Harengs à la moutarde et au vin blanc.
  • Salade tiède de pommes de terre et filets de hareng fumé.
  • Hareng fumé mariné en salade : mariné avec de l’huile et des carottes ou avec du vin, des herbes, des épices et de l’échalote. Vous pouvez l’accompagner tout simplement avec des pommes de terre tiède à l’huile ou ajouter des dés de betterave et des morceaux de pomme et une sauce au yaourt.
  • Rollmops : ce mets populaire fait de filets de hareng marinés et enroulés autour d’un cornichon peut se préparer à la maison, mais on le trouve aussi tout prêt. Le servir avec de fines tanches de pommes et une sauce à l’aneth et au citron. Ou le manger en sandwich avec des verdures et de la mayonnaise.

* Le PNNS recommande de consommer du poisson 2 fois dans la semaine.

Envoyer l'article à un ami

* champs obligatoires