Nutrinet-Santé : les féculents, des aliments trop souvent boudés

Pain, pâtes, riz, pommes de terre, céréales… Vous appréciez les féculents mais évitez d’en manger par peur de grossir ? Stop aux idées reçues ! Quatre ans après son lancement en 2009, l’étude en ligne Nutrinet-Santé révèle que les Français n’en consomment pas assez, malgré les recommandations nutritionnelles en la matière. On fait le point.

Les féculents, des mal-aimés…

Selon les premiers résultats de l’étude, seulement 1 homme sur 2 et 1 femme sur 3 consomment suffisamment de féculents. Alors que ces aliments devraient représenter 50% de nos apports énergétiques, soit 3 à 6 portions par jour, ils n’en constituent aujourd’hui que 43%. Pourtant, le Programme national nutrition santé (PNNS) recommande d’en manger à chaque repas, et selon son appétit. Mais seuls 22 % des personnes interrogées connaissent cette recommandation contre 86 % pour la fameuse « au moins 5 fruits et légumes par jour ».

… pourtant bons pour la santé

La raison de cette désaffection ? Les féculents pâtissent d’une mauvaise réputation : sources de glucides complexes, ils feraient grossir. Et pourtant ! Riches en vitamines, minéraux et fibres, les féculents rassasient durablement et contribuent à notre équilibre alimentaire. Selon l’étude, une consommation de céréales complètes d’au moins 2,5 portions par jour, comparée à une quasi-absence de consommation, permettrait ainsi de réduire de 21% le risque de maladies cardio-vasculaires. Autre idée reçue battue en brèche, celle selon laquelle les obèses auraient une consommation plus élevée que les autres : « respectivement 67 et 61% des femmes en surpoids et obèses ne mangent pas assez de féculents », dévoile ainsi l’étude.

Et si on mettait le quinoa ou le blé au menu ce soir ? Voici quelques idées de recettes simples :

Nutrinet-Santé est une vaste étude sur les comportements alimentaires et les relations nutrition-santé, lancée en 2009 pour une durée initiale de 5 ans. Regroupant actuellement 245 734 participants (les Nutrinautes), elle cherche de nouveaux volontaires pour atteindre l’objectif de 500 000 sondés. Rejoignez-les sur www.etude-nutrinet-sante.fr.

Envoyer l'article à un ami

* champs obligatoires