Dénutrition, déshydratation : les seniors, une population à risque

Les seniors ont tendance à manger moins et à oublier de boire, s’exposant sans le savoir à un risque accru de dénutrition, de déshydratation et de carences. Comment rester attentif ?

Surveiller l’alimentation

Avec l’âge, on a moins d’appétit alors que les besoins nutritionnels restent élevés. Si on mange moins, on risque la dénutrition, un état de fatigue dangereux car il engendre perte de poids et diminution de la masse musculaire.
C’est pourquoi il faut continuer à bien manger :

  • faire 3 repas par jour, même légers,
  • enrichir ses plats (fromage râpé, œuf),
  • manger des protéines (œufs, viande, poisson 1 à 2 fois par jour),
  • consommer beaucoup de laitages (3 ou 4 par jour).

Encourager à boire, même sans soif

En vieillissant, la sensation de soif diminue. On boit moins et la déshydratation peut guetter. Les signes ? Bouche sèche, peau fripée, diarrhées, vomissements, fatigue… En cas de doute, il faut impérativement alerter son médecin et boire beaucoup : au moins 1l à 1,5l par jour, et plus encore dans certains situations : dénutrition, petit appétit, chaleur, traitements médicaux…
Astuce anti-déshydratation : boire de petites quantités tout au long de la journée et varier les plaisirs : eau (aromatisée ou non), thé, café, chicorée, tisane, boissons lactées, jus de fruits, potages, soupes, bouillons, … c’est au choix !

Envoyer l'article à un ami

* champs obligatoires